Bienvenue à toutes et à tous


télécharger 25.01 Kb.
typeDocumentos
exemple-d.com > commercialisation > Documentos
Bienvenue à toutes et à tous,

Au sommaire de cette édition, l'arrêt de commercialisation du médicament CRIXIVAN le 30 juin prochain, du nouveau dans le répertoire des génériques, le geste de la CNAM envers les patients diabétiques utilisateurs de Freestyle libre, et puis l'INCa veut sensibiliser sur les facteurs de risques évitables de cancer : le tabac et l'alcool sont dans la ligne de mire.
Après 20 ans de service, le médicament antirétroviral CRIXIVAN tire sa révérence. Le laboratoire MSD arrête la commercialisation de CRIXIVAN 200 mg et 400 mg le 30 juin. Ce médicament restera cependant disponible jusqu'à la péremption du dernier lot distribué.

CRIXIVAN a été l'un des premiers antirétroviral à être proposés en France, dans le traitement de l'infection par le VIH. Son principe actif, l'indinavir, est un inhibiteur de protéase. Pour le laboratoire, cette décision est motivée par l'évolution de la stratégie thérapeutique et l'arrivée de nouvelles molécules, avec un meilleur profil d'efficacité et de sécurité d'emploi.

Si vous avez des patients sous CRIXIVAN, il est important de les informer de cet arrêt de commercialisation et d'anticiper l'indisponibilité prochaine. Pour cela, il est nécessaire d'orienter ces patients vers leur prescripteur.

Le sunitinib en gélule et le vardenafil en comprimé orodispersible intègrent le répertoire des génériques. Pour le groupe sunitinib, le référent est le SUTENT, cet anticancéreux est indiqué dans le cancer du rein, du pancreas, du cancer gastro-intestinal. Les trois dosages sont inscrits, 12,5 mg, 25 et 50 mg. Pour le groupe vardénafil, le référent est le LEVITRA 10 mg en comprimé orodispersible. Les formes LEVITRA en comprimé sont déjà inscrites au répertoire. Que ce soit pour SUTENT ou LEVITRA orodispersible, aucune spécialité générique n'est commercialisée à ce jour.

La CNAM fait un geste envers les utilisateurs de FREE STYLE LIBRE, dans un contexte difficile d'approvisionnement en capteurs, partout en France. Pour ne pas restreindre le suivi glycémique des utilisateurs de ce dispositif de lecture, le seuil des 100 bandelettes et lancettes par an et par patients autorisées en complément pour la glycémie capillaire a été suspendu provisoirement. Il est donc possible de facturer des bandelettes et des lancettes au-delà de ce quota, aux patients porteurs de FREE STYLE LIBRE.

Dans l'actualité santé, l'institut national du Cancer lance une nouvelle campagne. Deux spots seront diffusés du 22 mai au 10 juin, à la télé et sur le web. Une relais dans la presse et sur les réseaux sociaux est également prévu. Cette campagne de sensibilisation baptisée « savoir c'est pouvoir agir » vise le tabac et l'alcool, deux facteurs évitables de cancer. Selon l'INCa, 40 % des cancers pourraient être évités en adoptant de nouvelles habitudes de vie. Le tabac et l'alcool sont responsables de 60 000 décès par cancer chaque année en France.

http://www.e-cancer.fr

Retrouvez toutes ces infos sur notre site Pharmaradio.fr et sur l'application pharmaradio.

À venir
l'exposition des professionnels de santé aux médicaments cytotoxiques,
REVESTIVE

Typherix

La mission d’information du Sénat sur le développement de l’herboristerie et des plantes médicinales, des filières et métiers d’avenir engage son cycle d’auditions jeudi 24 mai. Elles se poursuivront jusqu’en juillet. Les conclusions des travaux de la mission seront rendues en septembre prochain.

Pour la présidente de la mission d’information, Corinne Imbert, sénatrice LR de Charente-Maritime, « la mission s’attachera à dresser un état des lieux de l’herboristerie et de la filière des plantes médicinales en France, en termes d’activité économique, de contribution à l’objectif de préservation de la biodiversité et de développement local des territoires ruraux ». 

Cette mission doit également faire le point sur le cadre législatif et réglementaire concernant la commercialisation et à la délivrance des plantes médicinales.

https://www.santepubliquefrance.fr/Actualites/Campagne-de-vaccination-a-Mayotte-la-Reserve-sanitaire-mobilisee-pour-vacciner-40-000-enfants-de-0-a-6-ans-et-les-proteger-contre-les-maladies-infantiles

Baclofène : le Conseil d'État donne raison à l'ANSM


Face aux risques de décès dans l'utilisation du baclofène à fortes doses dans l'alcoolisme, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a abaissé le dosage maximal recommandé. Attaquée, la décision de l'ANSM vient d'être confortée par le Conseil d'État.

Le Conseil d'État a suivi l'avis de son rapporteur qui, le 2 mai dernier, préconisait de donner raison à l'ANSM dans sa décision d'abaisser la dose maximale recommandée du baclofène, utilisé pour le sevrage alcoolique dans le cadre d'une recommandation temporaire d'utilisation (RTU). Les juges avaient déjà rejeté, fin février, la requête en référé de la patiente pour annuler cette décision de juillet dernier.

Tout comme le rapporteur, le Conseil d'État a souligné que « le directeur général de l'ANSM n'a pas entaché son appréciation d'une erreur manifeste » et que sa décision n'empêchait pas les médecins de continuer à prescrire le baclofène aux doses qu'ils estiment nécessaires, en dehors de la RTU. Un argument que le directeur de l'ANSM, Dominique Martin, a fait valoir en février dernier, soulignant que seuls 5 % des patients sont dûment inscrits via la RTU (lire notre article « abonné ») tout en insistant sur le risque d’une surmortalité à haute dose. Selon la requérante, les praticiens ne s'y risqueront pas et la décision de l'ANSM va briser « des dizaines de milliers de vies ».

ESMYA : carte patiente

Afin d'informer les patientes de la conduite à tenir, une carte de surveillance sera incluse dans le conditionnement d’Esmya, un traitement des fibromes utérins qui pourrait augmenter le risque de lésions hépatiques graves.

Esmya est un médicament utilisé dans le traitement symptomatique (préopératoire et séquentiel) des fibromes utérins, et il pourrait augmenter le risque d’hépatotoxicité. En effet, sur 765 000 patientes qui ont été traitées avec Esmya à ce jour dans le monde, 8 cas de lésions hépatiques graves ont été rapportés.

Pour minimiser ce risque potentiel, l’EMA a engagé une réévaluation de ce médicament dont les résultats viennent d’être annoncés. Toutefois, des mesures transitoires avaient déjà été mises en place dès l’annonce de la réévaluation, en janvier 2018, afin de garantir la sécurité des patientes traitées. Ces mesures consistaient en la prescription d’un bilan hépatique avant traitement, et éventuellement lors du suivi. En cas de bilan anormal (transaminases supérieures à 2 fois la normale), le traitement devait être interrompu.

L’EMA vient donc apporter quelques éléments nouveaux à ces mesures transitoires. Déjà, l’EMA recommande de ne pas utiliser Esmya chez les femmes ayant des problèmes hépatiques connus. Les bilans hépatiques seront toujours réalisés avant traitement, mais ils seront également réitérés durant les deux cycles de traitement (une fois par mois) et deux à quatre semaines après l'arrêt du traitement.

Enfin, une carte sera incluse dans la boîte du médicament pour informer les patientes du besoin de surveillance hépatique et pour contacter leur médecin si elles présentent des symptômes de lésions hépatiques (fatigue, ictère, urines foncées, nausées et vomissement, etc.).

Un soignant sur 2 exposé aux médicaments cytotoxiques serait contaminé. C'est ce que révèle le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de cette semaine consacré aux maladies professionnelles. Et selon deux campagnes d’évaluation des expositions aux médicaments cytotoxiques, réalisées en 2010 puis en 2016 dans un même établissement hospitalier français, la présence de ces médicament était retrouvée dans près de la moitié des infirmiers et aides-soignants. Pour les auteurs de l'étude, le risque cytotoxique doit être mieux pris en compte dans les établissements de santé.

http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2018/12-13/2018_12-13_7.html

similaire:

Bienvenue à toutes et à tous iconBienvenue à toutes et à tous

Bienvenue à toutes et à tous iconDomicile pour l’exécution des présentes les parties font élection...
«immeuble», tel qu’il existe avec toutes ses dépendances, tous immeubles par destination qui en dépendent et tous droits y attachés,...

Bienvenue à toutes et à tous iconRencontre avec Dominique Dupilet, Président du Département
«Encouragez l’innovation. Le changement est notre force vitale, la stagnation notre glas» David M. Ogilvy – homme d’affaires britannique....

Bienvenue à toutes et à tous iconBienvenue chez les Basques Le regard de José Javier Abasolo: l'affection et l'étonnement

Bienvenue à toutes et à tous iconAssociation «La Maison de l’Aide à la vie» (mavie)
«Logis Douaisiens» vous souhaite la bienvenue et vous remercie de votre confiance

Bienvenue à toutes et à tous iconDéfinition La Taxe à la Valeur Ajoutée, ou T. V. A., est un impôt...

Bienvenue à toutes et à tous iconBibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois,...
«A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.»

Bienvenue à toutes et à tous iconMontant du loyer mensuel, charges comprises (en toutes lettres)

Bienvenue à toutes et à tous iconToutes les informations demandées dans ce document doivent être complétées

Bienvenue à toutes et à tous iconRecherche par thème, population, support et public exemples de résultats...
«tous les thèmes, adolescents, brochure, grand public, disponibles en version électronique à télécharger» : accidents de la vie courante...






Tous droits réservés. Copyright © 2017
contacts
exemple-d.com