Transformations de la pratique politique


télécharger 0.63 Mb.
page1/16
typeDocumentos
exemple-d.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   16


POLIS

Revue Camerounaise de Science Politique
Volume 13, Numéro 1-2, Année 2006

Penser la politique au Cameroun


  • Usages politiques du droit

  • Transformations de la pratique politique

  • Nouvelles formes de criminalité

Une publication du Groupe de Recherches Administratives, Politiques et Sociales (GRAPS)

Présentation

POLIS est une revue de science politique qui accueille les articles en français et en anglais portant sur la vie politique aussi bien nationale qu'internationale.

Tous les manuscrits et autres correspondances à caractère éditorial doivent être adressés au rédacteur en chef, B.P. 6889 Yaoundé-Cameroun - Fax: (237) 222 38 59
E-mail : cpsr@hotmail.com

Pour toute demande d'abonnement, d'achat au numéro ainsi que pour les paiements et les réclamations, s'adresser au responsable des publications du G.R.A.P.S., B.P. 7759 Yaoundé - Cameroun.

POLIS est une publication du Groupe de Recherches Administratives, Politiques et Sociales. Les auteurs sont responsables du choix et de la présentation des faits figurant dans cette revue ainsi que des opinions qui sont exprimées, lesquelles ne sont pas nécessairement celles du G.R.A.P.S.

Comité Scientifique International : Mbembe, Achille (WISER, Johannesburg), Nzongola Ntalaja, Georges (Howard University, Etats-Unis), Bach, Daniel (I.E.P., C.E.A.N., France), Lacroix, Bernard (Université de Paris X - Nanterre, France), Dobry, Michel (Université de Paris X - Nanterre, France), Parodi, Jean Luc (Association Française de Science Politique, France), Keller, Edmond (James Coleman Center for African Studies, Etats-Unis), Bakary, Tessy, (Université Laval, Canada), Mamadou Diouf (CODESRIA, Sénégal), Nzouankeu, Jacques Mariel (Université Cheikh Anta Diop, Sénégal), Medard, Jean François, (I.E.P., C.E.A.N., France), Milacic, Slobodan (Université de Bordeaux IV, France), Chevallier, Jacques (Université de Paris II, France), Kwame Ninsin (A.A.P.S., Ghana), Quantin, P. (I.E.P., C.E.A.N., France), Poirmeur, Yves (Université de Versailles, France), Courade, Georges (ORSTOM, France), Geshiere, Peter (Université de Leiden, Pays-Bas), Konings, P. (Université de Leiden, Pays-Bas).

Fondateur : Luc Sindjoun (GRAPS/Université de Yaoundé II, Cameroun)

Directeur de Publication délégué : Patrice Bigombé Logo (GRAPS/Université de Yaoundé II, Cameroun)

Rédacteur en Chef : Yves Alexandre Chouala (GRAPS/IRIC, Cameroun)

Responsables des Publications : - Louis-Marie Nkoum-Me-Ntseny (GRAPS/ESSTIC);

- Jacques - Blaise Nkené (GRAPS/UY II)

Secrétaire de Rédaction : Thierry Nanga Essomba (GRAPS)

Protocole de rédaction

Forme : Les articles ne doivent pas dépasser 35 pages à interlignes 1,5.

Langues : Français et Anglais

Résumé : Les articles doivent être accompagnés d'un résumé d'environ 200 mots. L'auteur indiquera son nom, son titre académique ou professionnel.

Présentation : Envoyer l'original saisi à interligne 1,5 en y incluant le support magnétique (Disquette, CDROM), avec les références complètes. Les notes de bas de page doivent être numérotées de façon continue.
Sommaire

Présentation






3

Résumés






5

Yves Alexandre Chouala

Introduction : Une science politique des transformations sociopolitiques






9



Fabien Nkot, Ph.D.

Usages politiques du droit de la presse au cameroun. Notes de sociologie politique du droit





13



Claude Abé

Espace public et recompositions de la pratique politique au Cameroun





29



André Tchoupie

L’institutionnalisation de la lutte contre la corruption et la criminalité financière au Cameroun




57



Fendjongue Houli

La construction et la politisation de l’ethnicité «Kirdi» au nord du Cameroun





81



Armand Leka Essomba

Civilité publique et identités sexuelles dans les rues de Yaoundé





103



Saibou Issa

La prise d’otages aux confins du Cameroun, de la Centrafrique et du Tchad

une nouvelle modalité du banditisme transfrontalier




119



Résumés


Fabien Nkot, Ph.D.

Usages politiques du droit de la presse au cameroun. Notes de sociologie politique du droit
Cet article propose une nomenclature des orientations de recherche en droit, sur la base de leurs questionnements respectifs. A la faveur de cette opération, il isole la perspective de la sociologie du droit et insiste sur une des variations, à savoir la sociologie politique du droit, dont il dévoile les axes majeurs de recherche. La principale contribution de l’article réside dans ce qu’il met en relief un nouvel axe de recherche en sociologie politique du droit, auquel la littérature spécialisée n’a, à ce jour, accordé ni attention, ni intérêt : l’article montre en effet que les acteurs centraux de pouvoir imaginent et élaborent un ensemble de techniques de tricherie juridique qu’ils mobilisent pour atteindre des objectifs politiques qu’ils se sont fixés. Les errements du droit de la presse au Cameroun offrent l’occasion de voir à l’œuvre cette dynamique qui participe des usages politiques du droit.

Claude Abé

Espace public et recompositions de la pratique politique au Cameroun
L’article se propose d’analyser les mutations qui affectent la pratique politique au Cameroun à partir de l’émergence de l’espace public comme champ symbolique de prise de la parole. Il s’agit de voir comment la crise de l’autoritarisme qui a achoppé sur la conflictualisation du champ socio-politique, a permis in fine de pacifier de manière civique les pratiques politiques au Cameroun en libérant des espaces de parole, notamment dans le champ médiatique. Si le paradigme de l’espace public avec ce qu’il implique en termes de discussion citoyenne rend compte de l’épuisement du paradigme du conflit, il faut cependant noter qu’il génère et entretient de nouvelles formes d’instabilités qui s’offrent comme défis aussi bien à la pratique politique qu’à l’analyse scientifique.

André Tchoupie

L’institutionnalisation de la lutte contre la corruption et la criminalité financière au Cameroun
Partant de la diversité et de la complexité du phénomène de la corruption tant dans son acception théorique que dans ses effectuations empiriques, cet article analyse les stratégies mobilisées par le Cameroun pour lutter contre ce fléau. Ceci afin de comprendre dans quelle mesure elles s’inscrivent dans une dynamique d’institutionnalisation dont l’efficacité serait successible de constituer un baromètre politique de « Bonne gouvernance ». L’article relève enfin que au-delà de cette institutionnalisation, par ailleurs importante, la lutte contre la corruption doit devenir une pratique inscrite dans les mœurs socio-politiques.

Fendjongue Houli

La construction et la politisation de l’ethnicité «Kirdi» au nord du Cameroun
Le processus de démocratisation a contribué à révéler au grand jour la question kirdi au Nord du Cameroun. Le paradigme constructiviste de l’ethnicité permet de la saisir comme un construit politique et/ou idéologique. En fait, la dynamique d’émancipation que déploient les populations non musulmanes du Nord-Cameroun à la faveur de la réinstauration du pluralisme politique et social est complexe. L’initiative des promoteurs de la Dynamique Culturelle Kirdi, qu’on situait au début dans une mouvance purement « intello - culturelle » sert principalement d’autres intérêts à partir du mythe identitaire servant de mobilisation et de recompositions sociales. L’ethnicité « kirdi » est instrumentalisée par son élite. Celle-ci constitue à l’heure actuelle une importante ressource de positionnement sur l’échiquier politique national.

Armand Leka Essomba

Civilité publique et identités sexuelles dans les rues de Yaoundé
Comment décrire et interpréter la façon dont les gens, dans les rues urbaines camerounaises et notamment celles de Yaoundé se parent, circulent, se croisent, s’exposent ? Quels sont les différents langages qui sont véhiculés à travers les modes de présentation publique de soi qui s’observent sur ces rues ? A partir des interactions instables qui sont provoquées en contexte de circulation pédestre dans les rues de la ville de Yaoundé, comment mettre en exergue les régimes de civilité ou encore les modes de formation et de reconfiguration de l’urbanité qui sont en travail ? Telles sont quelques unes des questions auxquelles la présente étude tente de trouver réponses. Elle s’inscrit dans le cadre des recherches en sociologie urbaine à partir d’un axe qui, se distançant des problématiques courantes sur les manières d’habiter la ville, s’oriente vers les manières de circuler en ville qui n’ont pas encore suscité beaucoup de recherches. Elle tente également, à partir des menus faits de la vie quotidienne d’interroger les représentations et les fantasmes dont sont porteurs les langages corporels des citadins qui circulent dans nos rues.

Saibou Issa

La prise d’otages aux confins du Cameroun, de la Centrafrique et du Tchad

une nouvelle modalité du banditisme transfrontalier
Une nouvelle race de bandits écument la campagne aux confins du Cameroun, du Tchad et de la Centrafrique pour perpétrer des prises d’otages d’enfants d’éleveurs en particulier, en contrepartie de fortes rançons, sous peine de voir les enfants exécutés. Les pasteurs mbororo, principales victimes de ces enlèvements, sont des marginaux quasi-apatrides qui subissent depuis des décennies les affres de la sécheresse et les pressions diverses de ceux qui en veulent à leur bétail. La perte de leur bétail amène certains mbororo à se transformer en preneurs d’otages, tandis que des milliers d’autres fuient le nord-ouest de la Centrafrique pour se réfugier au Cameroun et au Tchad. « Libérateurs » et bandits mbororo utiliseraient leur butin pour financer de nouvelles rébellions d’une part et d’autre part reconstituer leur bétail ou se recaser dans une autre activité. La régionalisation de l’insécurité contraint le Cameroun, la Centrafrique et le Tchad à renforcer la coopération bilatérale en matière de sécurité. Mais les bandits tentent de trouver des moyens de contournement.

INTRODUCTION :

Une science politique des transformations sociopolitiques

Yves Alexandre Chouala

IRIC/GRAPS

Penser la politique au Cameroun nécessite, comme partout ailleurs, un repérage préalable des phénomènes politiques. Ce repérage est relativement facile à faire en raison de l’idée de paganisme politique passif largement admise dans le domaine de la réflexion politique : le qualificatif de politique « peut s’appliquer à un ensemble très diversifié de phénomènes dont le caractère politique est plus ou moins évident » (Gazibo, 2006 : 8). Tous les phénomènes sociaux peuvent ainsi être considérés comme des phénomènes politiques sinon dormants du moins en attente. Mais en attente de quoi pourrait-on se demander? Ce sont des phénomènes en attente des processus de politisation ; de « passage au politique » (Lagroye, 2003). Ici les phénomènes sociaux sont construits en objets de débat politique, institutionnel ou médiatique. La presse, l’espace public, la corruption, l’appartenance ethno-communautaire, la rue et le grand banditisme sont autant de phénomènes politiques « repérés » et traités par les contributeurs au présent volume. Si ces objets sont à première vue éclatés et diversifiés, ils se rencontrent néanmoins comme deux angles par le sommet dès lors qu’ils sont envisagés à partir d’une posture problématique des dynamiques ou des transformations sociopolitiques. Dans les études rassemblées dans ce volume, cette problématique est abordée suivant deux principales orientations analytiques notamment (1) l’Etat à l’épreuve des transformations sociopolitiques et (2) les interactions individus-dynamiques sociales.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   16

similaire:

Transformations de la pratique politique iconL’impact du religieux dans le fonctionnement politique et social du nigeria actuel
«Etudes africaines» option anthropologie juridique et politique sous la direction de Monsieur Moustapha diop

Transformations de la pratique politique iconI. Facteurs d’évolution des paysages urbains A. Transformations de...

Transformations de la pratique politique iconBibliographie p. 18 «Il n’y a pas de philosophie sans politique,...
«Il n’y a pas de philosophie sans politique, ni sans effets sur la politique.»

Transformations de la pratique politique iconIslam, droits de l’Homme et famille
«al- islam Dîn wa dawla» qui confond la sphère religieuse et la sphère politique, établit une sacralisation de l’existence toute...

Transformations de la pratique politique iconLa politique, la democratie, L’etat
«Considérés comme vivants dans une société qui doit être maintenue, les hommes ont des lois dans le rapport de ceux qui gouvernent...

Transformations de la pratique politique iconGuide pratique de la réglementation

Transformations de la pratique politique iconGuide pratique du createur d’entreprise

Transformations de la pratique politique iconFlash hebdo pratique de la semaine 51-52

Transformations de la pratique politique iconPolitique developpement local

Transformations de la pratique politique iconPolitique d’Archivage type






Tous droits réservés. Copyright © 2017
contacts
exemple-d.com