Rapport de recherche


télécharger 1.58 Mb.
page1/45
typeRapport
exemple-d.com > loi > Rapport
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   45
Plan Construction et Architecture

François Ascher

Jean-Louis Cohen

Jean-Claude Hauvuy

Luxe , habitat, confort :

les références hôtelieres

Rapport de recherche

Contrat 85 61 42

Décembre 1987

A.R.D.U.

Laboratoire Théorie des Mutations Urbaines

en Pays Développés

Institut Francais d'Urbanisme - Université Paris VIII

Le présent rapport rend compte d'une recherche réalisée avec l'aide du Plan Construction et Architecture

(marché 85 61 432 ).
Il a été rédigé par François Ascher, Jean-Louis Cohen et Jean-Claude Hauvuy.

Les contributions de chaque auteur sont repérées dans le sommaire par les initiales F.A., J.L.C. et J. C.H.
Ont également participé à cette recherche :

Joëlle Jacquin, ingénieur de recherche du CNRS (LTMU), qui a réalisé une partie des entretiens (en

particulier avec des clients des hôtels de luxe) et a établi les cartes de localisation des palaces au début du

XXe siècle ;

-Christine Plüss, qui a effectué une partie des travaux de recueil des matériaux historiques ;

-Marie-Françoise Bensaïd, documentaliste de l'Institut Français d'Urbanisme, qui a participé aux recherches

sur la règlementation actuelle en matière hôtelière.
L'équipe manifeste sa gratitude envers Henri Bresler, professeur à l'Ecole d'Architecture de Versailles,

qui l'a fait bénéficier des ressources de sa vaste bibliothèque et de ses connaissances exceptionnelles

sur l'histoire des techniques dans l'habitation.
Elle tient, enfin, à remercier les très nombreux responsables, employés et clients des hôtels étudiés

dans la recherche pour le temps qu'ils ont bien voulu consacrer à satisfaire sa curiosité.

Sommaire




Introduction p. 7

Première partie : l'invention du grand hôtel p. 15
Chapitre 1

De l'hôtel américain au Ritz (F.A.) p. 17
Chapitre 2

Du motel au jet-set palace (F.A.) p. 77
Chapitre 3

L'hôtel, la ville, le site (J.L.C.) p. 117

Seconde partie : Le palace et l'imaginaire du luxe p. 173
Chapitre 4

Eden, Eden, Eden. Le palace: spécificités d'un lieu (J.C.H.) p. 175
Chapitre 5

Snobisme bourgeois, dépense somptuaire et luxe (J.C.H.) p. 203
Chapitre 6

Billancourt-palace (J.C.H.) p. 243


Troisième partie :

Innovation hôtelière et transferts vers l'habitation

p. 275
Chapitre 7

Nouvelles techniques , nouveaux espaces (F.A.) p. 277
Chapitre 8

Dispositifs hôteliers et habitation collective

(J.L.C) p. 319

Conclusion p. 353



Annexes p. 359

Sommaire détaillé p. 385



Introduction


La recherche dont rend compte le présent rapport fait suite à une réponse à l'appel d'offre du Plan Construction et Architecture intitulé "Anthropologie de l'habitat, conception et techniques".
Cette consultation entendait inciter au développement de recherches qui renouvelleraient les "connaissances sur l'habiter" et formuleraient de nouvelles problématiques" susceptibles de déboucher sur des expérimentations. L'un des axes proposés aux chercheurs était l'analyse "des déterminations sociales et techniques dans la formation des espaces de l'habitat et dans ses représentations". Une large place était faite à des interrogations sur l'évolution des "normes" et des "standards", en rapport avec "l'évolution des techniques" comme avec les transformations des "représentations du confort" et des "standards d'habitabilité".
Les questions de cet appel d'offre s'inscrivent dans un contexte en matière de politique du logement sensiblement différent de celui qui a prédominé jusqu'au début des années 1970. Certes, les "besoins quantitatifs" restent importants ; nombre de problèmes sociaux sont toujours, de fait, ainsi des problèmes d'habitat et plusieurs groupes sociaux ne disposent pas d'un d'habitat satisfaisant : chômeurs de longue durée, populations immigrées à faibles revenus, personnes âgées à faibles ressources, etc.
Mais il s'agit de problèmes de plus en plus spécifiques. Et il est clair que l'on ne construira pas autant de logements dans les années à venir qu'il y a dix ou quinze ans. En revanche, le parc logement et, dans une certaine mesure, la production de logements neufs apparaissent de plus en plus nettement inadaptés à l'évolution de la demande et des modes de vie.
Ces changements expliquent que, dans une certaine mesure, les problématiques du confort succèdent à celles de l'inconfort. Au delà des urgences que l'inconfort continue de susciter, on s'interroge de plus en plus sur ce qu'il faudrait modifier, créer, pour obtenir un confort plus grand. Dans cette interrogation nouvelle, la définition de normes, de modèles-types, tels que ceux que l'on a employés dans un passé récent, n'est d'aucun secours.

C'est sans doute aussi, en partie, pourquoi la notion de confort est un peu partout remise à l'honneur, ainsi dans le cadre de séminaires et d'actions de la Délégation à la Recherche et à l'Innovation du Ministère de l'Equipement, du CNRS, du Plan Construction et Architecture, des industriels de l'équipement électrique, des professionnels du bâtiment, etc. On en est même maintenant à parler d'une nouvelle technologie : la "confortique"!
Tel est le contexte dans lequel s'inscrit notre projet de recherche, que nous avons intitulé Luxe, confort, habitat: les références hôtelières.
Avant de présenter ce que, sous ce titre, nous avons fait, il faut évoquer sommairement l'horizon des questions plus générales qui nous ont conduit à produire ce travail.
Les termes mêmes de l'appel d'offres, étaient relatifs à l'évolution des "normes" , des "standards d'habitabilité", qui, dans le domaine de l'habitat social s'expriment de nos jours en termes de "confort". Des trois notions corrélées et historiquement situées, inconfort, confort et luxe, c'est la première dont le contenu empirique est le mieux connu. Comment donc évoluent les exigences et les représentations du confort ? D'où viennent-elles ? Telle est la première, la plus générale de ces questions.
L'inconfort a fait l'objet de nombreux travaux, historiques et sociologiques, en particulier dans le domaine de l'habitat où l'Etat a, avec le financement du logement social, une responsabilité particulière.
Mais le luxe a été relativement ignoré. Peu de sociologues se sont penchés sur lui depuis Veblen. Seuls quelques historiens l'ont abordé en étudiant les aristocrates ou les bourgeois. Mais ils n'ont pas toujours accordé une place aux modes d'habiter et à l'architecture qui pouvait y correspondre.
Aussi, avons-nous fait l'hypothèse que l'analyse de l'évolution du luxe dans l'habitat et de ses rapports avec l'évolution du confort, pouvait apporter des informations intéressantes sur la généalogie du confort et de l'inconfort. Comment s'invente le luxe, comment se "diffuse"-t-il, comment se banalise-t-il, comment se transforme-t-il éventuellement en "norme", en standard", en indispensable ? A la limite, comment l'histoire du luxe modifie-t-elle les représentations de l'inconfort lui-même ? Une maison sans salle de bains et baignoire est de nos jours inconfortable ; or, il y a à peine cent ans, la quasi totalité des demeures bourgeoises et aristocratiques en était dépourvue.
Mais, à l'évidence, le thème du luxe dans l'habitat est immense. Aussi l'avons nous restreint en choisissant d'analyser un habitat particulier : l'hôtel de luxe.
L'intérêt du choix de l'hôtel de luxe était multiple. Cet habitat récent -il date du début du XIX° siècle ; il nous est apparu comme un secteur rendu très inventif par la concurrence capitaliste qui y a régné et qui y règne. D'autre part, il s'est avéré que l'hôtel avait eu un rôle majeur dans la diffusion du luxe ; à la fois lieu d'initiation à certaines façons de vivre et d'habiter , et espace d'apprentissage du maniement de nouveaux objets et de nouvelles techniques.
Notre projet de recherche conjugue donc deux thèmes : du luxe au confort et de l'hôtel au logement.
Nous avons procédé à des recherches sur le luxe dans l'histoire hôtelière, sur les façons de vivre et d'habiter dans les hôtels de luxe, sur la diffusion à d'autres secteurs de l'habitat et de la construction, de formes et d'objets inventés ou expérimentés dans les hôtels de luxe.
Notre corpus, dont on trouvera traces dans les notes, comporte des ouvrages historiques, des traités d'architecture et de gestion hôtelière, des guides de tourisme, des documents publicitaires et quelques textes de fiction. Nous avons par ailleurs réalisé une trentaine d'entretiens semi-directifs avec des clients de l'hôtellerie de luxe, et une vingtaine avec des membres du personnel de ces hôtels : directeurs, concierges et chef-gouvernantes, à Paris, Londres et sur la Côte d'Azur.
Le présent rapport de recherche est issu de ces travaux.
Une première partie, intitulée L'invention du grand hôtel, tente d'analyser sous quelles formes les hôtels de luxe sont apparus et en esquisse une typologie construite historiquement, à la fois en termes architecturaux (chapitres 1 et 2).
Il nous est apparu que l'hôtel était né au début du XIX° siècle, d'abord sous les formes de l'hôtel de luxe, ce qui est très intéressant du point de vue de nos hypothèses initiales. Trois modèles distincts s'élaborent : grand hôtel américain - véritable "morceau de ville"- qui a joué un rôle déterminant dans l'histoire hôtelière ; hôtel balnéaire ou thermal -"espace de mondanités"- ; hôtel métropolitain européen qui , en combinant des caractéristiques diverses des deux modèles précédents, en particulier la modernité et la mondanité, allait devenir à la fin du XIX° siècle le "palace".
De nos jours, dans un contexte différent (notamment celui des chaînes hôtelières internationales et des transports aériens), sous des formes modifiées, persistent ces trois principaux types d'hôtels de luxe .
Le troisième chapitre développe une investigation plus spécifique est proposée sur le bâtiment même de l'hôtel de luxe : sa place dans la ville et sa distribution interne.
La seconde partie, Le palace et l'imaginaire du luxe vise, par trois approches successives, à tracer quelques pistes relativement à la place du palace dans un imaginaire du luxe. Le quatrième chapitre, Eden,Eden,Eden, par l'analyse d'une transgression de l'ordre inaugural du palace, tente de caractériser les spécificités de ce lieu - conjonction originale d'un espace et d'une forme dominante de sociabilité. Les analogies manifestes et voulues que celle-ci offre avec l'ancienne société de cour sont interrogées pour discerner les enjeux symboliques et imaginaires que la clientèle du palace poursuit dans ces pratiques mimétiques d'un ordre social révolu.
Après un bref développement sur des facteurs hétéroclites ayant eu en commun de rendre possible la naissance du palace comme tenant-lieu capitaliste du palais et de la société de cour, le cinquième chapitre Snobisme bourgeois, dépense somptuaire et luxe travaille la figure du bourgeois snob, apparue précédemment comme le client idéal-typique du palace en son début. On s'efforce de montrer à quelles nécessités cette figure répond. Cette interrogation conduit à chercher à clarifier la notion de dépense somptuaire et ostentatoire sous laquelle la tradition sociologique range classiquement, presqu'automatiquement, le luxe. Les incohérences repérées à cette occasion conduisent enfin à critiquer ce qui les sous-tend: la réduction des pratiques sociales et des objets à des signes de distinction.
Le sixième chapitre, Billancourt-Palace, exploite essentiellement les informations recueillies dans une enquête auprès d'une trentaine d'usagers actuels de l'hôtellerie de luxe, pour la plupart des directeurs de sociétés ou des directeurs de services étrangers de sociétés.
Au terme de cette réflexion centrée sur le programme de l'hôtel de luxe, ses usages et ses régularités architecturales, les modalités de passage entre la sphère de l'hôtellerie et celle de l'habitation sont abordées dans la troisième partie, Dispositifs hôteliers et habitation collective.
Dans le septième chapitre, Nouvelles techniques, nouveaux espaces, est analysé le rôle des hôtels de luxe dans l'invention, l'expérimentation et la diffusion d'objets, de techniques et de procédés nouveaux.
Il apparaît ainsi que l'hôtel a joué un rôle de pointe dans des domaines très divers : ascenseurs, eau courante et salles de bains, réseaux de toute sorte, chauffage central, éclairage électrique et au gaz, téléphone, gestion centralisée, systèmes de prévention et de lutte automatique contre les incendies,climatisation , etc.
Les facteurs explicatifs de ce rôle sont multiples: l'émergence d'une industrie hôtelière appliquant à l'habitat une rationalité technico-économique, et l'existence d'un marché du haut de gamme où la concurrence se joue sur des performances et la modernité, ont de toute évidence favorisé une dynamique innovante dans les hôtels de luxe. La diffusion de ces innovations s'est opérée à la fois par des canaux techniques, les procédés et les technologies ayant fait leurs preuves, et par des canaux sociaux, les objets et leurs modes d'usages développés par et dans les hôtels de luxe jouant un rôle de référence, et constituant par ailleurs des modèles adaptés à l'évolution des modes de vie.

Le huitième chapitre, Dispositifs hôteliers et habitation collective, est consacré à l'analyse de plusieurs dispositifs de passage de l'architecture de l'hôtel à celle du logement, du XIXe siècle à nos jours, et fait apparaître la permanence concrète du laboratoire hôtelier dans la pensée des réformateurs, des entrepreneurs et des architectes.
La conception même de l'hôtel, comme système collectif d'habitat individuel, a ainsi développé des techniques, des équipements et des formes d'organisation qui se révèlent plutôt bien adaptés à l'évolution des modes de vie contemporains, et en particulier aux besoins spatiaux des groupes domestiques (notamment les "familles") qui tentent de concilier une demande plus forte d'autonomie de chacun des individus au sein du groupe et la permanence du groupe lui-même.
Ce nouveau mode d'organisation collective ne porte pas seulement sur l'espace intérieur du logement, mais tend à modifier la définition des espaces correspondant aux différents niveaux de socialisation et à leurs articulations.
Ainsi le modèle hôtelier se caractérise-t-il aussi par de nouvelles échelles du privé et du public, de la chambre à la ville, en passant par l'espace du "méga-groupe domestique" que constitue l'hôtel avec ses systèmes de service.

Première partie

L'invention du grand hôtel

Chapitre 1

De l'hôtel américain au Ritz


L'hôtel naît à la fin du XVIII° et au début du XIX° siècle avec l'apparition du tourisme, le développement des voyages et le développement de moyens spécifiques pour l'accueil et de l'hébergement des couches sociales les plus fortunées. L'hôtel de luxe apparaît ainsi clairement comme la forme initiale de l'hôtel.
Si l'hôtel a des origines multiples, l'auberge, le "meublé ", l'hôtel aristocratique, le monastère etc., il est aussi une véritable invention. Celle-ci se réalise à peu prés simultanément en Europe et aux Etats Unis. Mais, c'est dans ce dernier pays que se met au point dès la première moitié du XIX° siècle le modèle du grand hôtel, dont le luxe est défini par la taille et la modernité.
Les stations touristiques européennes, thermales et balnéaires, font émerger quelque temps plus tard un autre modèle, l'hôtel mondain, dont la clientèle et le style de vie constituent les éléments luxueux principaux. Puis, c'est à partir de la combinaison de ces deux modèles, qu'à la fin du XIX° siècle, s'élabore dans les capitales européennes l'hôtel "palace", d'échelle moyenne, moderne et mondain.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   45

similaire:

Rapport de recherche iconRapport de recherche Acadie novembre 2013

Rapport de recherche iconLe Gaufey «Il n’y a pas de rapport sexuel»
«Il n’y a pas de rapport» entre deux choses qu’au moins symboliquement, du simple fait de cette affirmation, on met en rapport, présente...

Rapport de recherche iconNote sur le Bilan d’activité du réseau école et Enseignement supérieur-...
«Quelle transformation progressiste du système éducatif en Europe ?» P. 12-15

Rapport de recherche iconTravail de recherche Plan du travail de recherche
«riches» favorisés par le bouclier fiscal se revoient contraints de participer à la croissance de la France, mais cette fois sous...

Rapport de recherche iconLe rapport Rendement Locatif (imprimez le rapport de calcul)

Rapport de recherche iconRecherche et enseignement supérieur
«Investissements d’avenir» au titre de l’enseignement supérieur et de la recherche

Rapport de recherche iconProgramme Cadre de Recherche et Développement de l’Union européenne
«Governance by committees», 5ème Programme Cadre de Recherche et Développement de l’Union européenne

Rapport de recherche iconRecherche. Finalité

Rapport de recherche iconRecherche d'un emploi

Rapport de recherche iconRecherche juridique






Tous droits réservés. Copyright © 2017
contacts
exemple-d.com