Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest


télécharger 448.99 Kb.
page1/9
typeDocumentos
exemple-d.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9

Université de Versailles Saint Quentin - en - Yvelines

U.F.R Médicale Paris Ile - de - France – Ouest

Ecole de sages – femmes Jeanne Sentubery


Hôpital de Poissy BP 3082

78303 Poissy




Futurs parents
cherchent sage-femme
pour suivi global :
quelles possibilités dans le système périnatal actuel ?

Mémoire réalisé et soutenu par Lucie Després

En vue de l’obtention du Diplôme d’Etat de Sage-Femme

Promotion 2002-2006

Dirigé par Mme Flandin-Crétinon

Merci de ne reproduire ce mémoire

qu’avec l’autorisation de son auteur ou de l’école.


C’est le lieu de conception qui est le véritable lieu de naissance,

car c’est là que tout commence.

Sylvain Trudel

A Florin, né le 9 mars 2006, 12h18, au domicile de ses parents,

dont la grossesse et la naissance ont été parallèles à la gestation de ce mémoire…
Merci…

A Sophie Crétinon, pour sa rigueur si précieuse,

et ses encouragements dans mes nombreux doutes ;
A Frédérique de Vriendt et Odile pour toutes ces relectures fastidieuses ;


A Béa, et Théo, vous m’avez permis de découvrir ce que serait ma vie,

cette vie de sage-femme ;
A Françoise, sage-femme, tu m’as confortée dans mes convictions ;
A Anne-Laure et Julien, pour m’avoir fait partager

cette si belle aventure, et toute cette magie ;


A Sabri, d’avoir vécu tout ça avec moi, avec ta franchise à toute épreuve et ta générosité, et pour m’avoir donné l’envie d’écrire ces lignes ;


A vous tous, qui avez participé de près ou de loin à toute cette aventure ;


A vous deux, papa, maman, d’y avoir cru et de m’avoir toujours fait confiance ;
A toi, Edwin, d’avoir toujours été là, juste là, soutenant, et aimant,

durant ces 4 longues années de préparation à cette vie ;

Sommaire


Introduction

p. 7







1ère partie L’organisation périnatale

p.8

I – Etat des lieux de la périnatalité en France au début du XXIème siècle

p.9

A – Contexte démographique

p.9

B – Aspect social

p.11

C – Contexte politique

p.13







II – L’émergence des réseaux

p.16

A – Historique

p.16

B – Evolution au travers des textes de loi

p.17







III – Place à accorder à la gestion des risques

p.19

A – La gestion du risque avéré, une première étape

p.19

B – L’apport des réseaux

p.21







2ème partie L’accompagnement global

p.24

I – A propos de l’accompagnement global

p.25

A – Définition

p.25

B – Pourquoi l’accompagnement global

p.25







II – Etat des lieux des pratiques

p.28

A – A l’étranger

p.28

B – En France

p.30

3ème partie L’espace physiologique, une solution ?

p.37

I – Généralités

p.38

A – Définition

p.38

B – Aspect sécuritaire

p.38

C – Nécessités organisationnelles

p.39







II – Enquête : Etude de la faisabilité de l’ouverture des espaces physiologiques aux sages-femmes libérales

p.41

A – Matériel et Méthodes

p.41

B – Résultats

p.44







III – Analyse des résultats et discussion

p.61

A – Caractéristiques de la population

p.61

B – Relation avec les patientes

p.62

C – L’accompagnement global

p.63

D – Les sages-femmes, gardiennes de l’eutocie ?

p.64

E – Espaces physiologiques : la solution ?

p.65







Conclusion

p.70

Références bibliographiques

p.72

Bibliographie

p.75

Annexes

p.79

Table des matières

p.105


Introduction
Dans le cadre de nos études de sage-femme, nous nous sommes bien souvent trouvées confronté(e)s à des couples inquiets qui apparaissaient déçus, en consultation, par la réponse de la sage-femme à la question « Vous serez présente lors de l’accouchement ? », ou encore lors du changement de garde lorsqu’ils devaient faire connaissance avec une autre équipe.

Au fil de nos lectures, de nos rencontres, et de nos discussions, nous avons découvert qu’il existait une alternative à ces situations : l’accompagnement global de la naissance.

Face à la demande croissante des couples, il semblait de notre devoir de sages-femmes, de « passeuses de vie », de répondre positivement à cette demande, et c’est ainsi qu’est née l’idée de ce mémoire.

Accompagnement global, oui. Mais naissance en sécurité, surtout. Le contexte actuel de la santé est conflictuel, comme le démontrent l’émergence du risque médico-légal et les difficultés financières persistantes malgré de nombreux projets de loi. Nous nous sommes alors interrogées sur la place que la société pouvait accorder à l’accompagnement global.

Pour ce faire, nous avons commencé par faire le point sur le contexte général de la périnatalité en développant les aspects démographiques, sociaux et politiques. Nous avons ensuite voulu démontrer que l’accompagnement global, s’il se veut sécuritaire, doit reposer sur la gestion du risque dans le cadre des réseaux. Il nous fallait également réaliser l’état des lieux de l’accompagnement global en France et à l’étranger, afin de voir les diverses propositions faites aux couples, et de vérifier si elles pouvaient correctement répondre aux conditions posées en amont. Enfin, nous avons cherché si une nouvelle solution pouvait être proposée au travers de la création d’espaces physiologiques de naissance, et pour ce faire nous avons enquêté auprès des sages-femmes de notre département afin de déterminer la faisabilité de ce projet, que nous avons par la suite analysé et critiqué.




1ère partie
L’organisation
périnatale



I – Etat des lieux de la périnatalité en France au début du XXIème siècle
Nous avons voulu au travers de ce mémoire établir les possibilités offertes actuellement aux parents désireux d’un suivi global. Pour ce faire, il nous est apparu indispensable de réaliser un état des lieux le plus complet possible sur la situation actuelle du système périnatal.
A – Contexte démographique
1 – Epidémiologie des naissances
Evolution des naissances pour la France entière (Source : Insee.fr)

Année

Nombre de naissances

Evolution

1980

826 403




1985

796 540

-3,6%

1990

793 896

-0,3%

1995

759 694

-4,3%

1999

776 548

+2,2%

2000

808 249

+4%

2001

804 052

-0,5%

2002

793 606

-1,3%

2003

793 893

+0,04%

2004

800 240

+0,8%

2005

807 400

+0,9%


De 1995 à 2005 : +6,3%

De 1999 à 2005 : +3,4%
Nous constatons que la natalité en France est en réelle augmentation ces dix dernières années. Ces chiffres sont surtout à analyser parallèlement à ceux de l’évolution des professionnels de la naissance.

2 – Epidémiologie des professionnels de la naissance
Le colloque de novembre 2004 réalisé par l’observatoire national démographique des professions de santé prévoit en 2025 une densité de 283 médecins pour 100 000 habitants contre 335 en 2002 [1]. En 1998, on prévoyait que, dès 2003, chaque année, 170 obstétriciens stopperaient leur activité, pour seulement 75 à 85 qui la débuteraient [2].

De plus, nombre de sages-femmes quittent la profession chaque année en raison de la qualité de leur travail qu’elles ne jugent pas satisfaisante. 3000 sages-femmes sur 16000 en exercice se déclarent sans emploi volontairement. Cet état de fait s'est considérablement accru depuis 3 ans (+ 74%). (Source : ONSSF1)

Cette diminution des professionnels de santé provoque des difficultés d’organisation. Le personnel étant insuffisant, les postes d’urgence sont privilégiés. Les consultations de sages-femmes à l’hôpital, les séances de préparation de la naissance, ont beaucoup diminué, voire disparu. Cette situation a pour conséquence directe une augmentation des grossesses non suivies. Malgré cette "redistribution" des tâches, il faut noter qu'il y a encore des postes non pourvus dans 40% des hôpitaux, et que les sages-femmes ont une moyenne de 103 heures supplémentaires annuelles sur l'ensemble des établissements. (Source : ONSSF) Les quotas de sages-femmes seront revus à la hausse dans les quelques années à venir grâce à l’augmentation du numerus clausus des études de médecine. On compte atteindre un chiffre de 20 000 sages-femmes contre 15 684 en 2003.
Toutes ces données laissent pressentir la nécessité d’une restructuration en profondeur du système périnatal, ce qui va d’une certaine manière être exigé par le développement d’organisations professionnelles et sociales visant à améliorer la santé périnatale en France.


B – Aspect social
1 – Emergence des associations de parents
Les parents et futurs parents formulent de plus en plus le désir que l’on prenne le temps de les accompagner, d’avoir le choix du praticien qui sera présent lors de la naissance, et que soit possible un accompagnement global de la naissance [2].

La satisfaction lors d’une naissance ne peut atteindre un degré optimal que si le libre arbitre des femmes est respecté. Une enquête réalisée en 1997 auprès d’adhérentes d’associations de parents nous apprend que la moitié des femmes suivies en accompagnement global se disent moyennement ou pas satisfaites par l’accueil dans leur maternité, à cause des réticences du personnel à accepter leurs demandes jugées excessives car différentes [3].

Le CIANE2 a émergé à l'occasion de l’annonce des Etats Généraux de la Naissance en juin 2003. Le but était de faire entendre les usagers, mécontents de l’évolution de l’organisation de la santé périnatale en France. Le collectif s'est ensuite doté de statuts pour s'organiser efficacement afin que les usagers participent aux décisions qui les concernent, conformément aux droits octroyés par la loi Kouchner n°2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. A ce jour, le CIANE regroupe 88 associations. Il critique « un accompagnement de la naissance de plus en plus morcelé et anonyme, une conception technicienne et productiviste au détriment de la sécurité affective ».

2 – Etats généraux de la naissance
Ils ont eu lieu le 6 juin 2003 et, par la suite, un groupe représentatif des participants en a réalisé une synthèse que nous allons évoquer dans ces lignes. Ce groupe a tout d’abord constaté un manque réel de professionnels. Il est nécessaire de le pallier dans les années à venir, afin d’envisager une meilleure organisation et collaboration de l’accompagnement tant pour les professionnels que pour les usagers. Une seconde constatation concerne l’hétérogénéité et les difficultés financières des réseaux de périnatalité. Il est donc proposé en ce sens :

  • d’expérimenter et d’évaluer des solutions alternatives en vue d’éviter de générer des pratiques radicales ;

  • d’inciter les agences régionales d’hospitalisation à prioriser le domaine de la périnatalité dans le pourvoi de nouveaux postes ;

  • de regrouper les plateaux techniques en tenant compte des contraintes géographiques, afin de pallier le manque de personnel tout en satisfaisant les femmes.

Les usagers n’adhèrent pas totalement à cette politique de concentration des accouchements sans mise en place de solutions alternatives et s’inquiètent de la disparition de certaines maternités de proximité. Il est proposé :

  • de prioriser la personnalisation des soins ;

  • l’évaluation de maisons de naissance à proximité immédiate d’un plateau technique ;

  • le renforcement des réseaux inter établissements et le développement des réseaux locaux.

Enfin sont faites des propositions concernant la place des différents professionnels et acteurs de la naissance :

  • réaffirmer la place des sages-femmes hospitalières et libérales ;

  • respecter le libre choix du praticien ;

  • intégrer les praticiens libéraux en structure hospitalière publique ;

  • tenir les usagers au premier plan des décisions les concernant principalement.

Les Etats Généraux de la Naissance ont soulevé les difficultés majeures de communications entre les différents acteurs de la naissance, et ont donc élaboré des propositions dans le but de contourner et d’améliorer ces problèmes.
Face à ces nombreuses réactions sociales et professionnelles de plus en plus organisées, il devenait nécessaire que le gouvernement prenne des dispositions dans le but d’améliorer sa politique de périnatalité.

C – Contexte politique
1 – Mission périnatalité
Vingt propositions ont été faites par les professeurs Bréart, Puech et Rozé le 17 septembre 2003 à la demande de M. Jean-François Mattéi. Il s’agissait d’actualiser les missions et l’organisation des centres prénatals, définies par les décrets n°98-899 et 98-900 du 9 octobre 1998 relatifs aux établissements de santé pratiquant l’obstétrique et la néonatologie et par le décret n°99-596 du 15 juillet 1999 relatif à l’organisation sanitaire.

Nous nous attarderons brièvement ici sur quelques-unes de ces propositions.

L’une d’elles veut permettre aux femmes d’élaborer un projet suivi de grossesse et de naissance. Elle envisage le caractère à haut ou bas risque déterminé en partie dès le début de grossesse. Les patientes peuvent ainsi choisir le mode de prise en charge qui leur convient sans recours inutile aux techniques de surveillance non nécessaires à leur niveau de risque. Elles peuvent également choisir entre public et libéral en fonction de leurs affinités.

La prise en charge psychosociale doit pouvoir être assurée par un entretien permettant si nécessaire d’activer le réseau de soins en aval.

Les auteurs de la Mission Périnatalité jugent trop importante l’utilisation de la technique et souhaitent que cette nouvelle politique permette une nouvelle conception de la naissance. Il est important de laisser aboutir les projets de maisons de naissance afin de les évaluer, mais ils estiment que les projets pilotes doivent être attenants aux plateaux techniques déjà existants. De même ils déclarent que « des solutions doivent être trouvées pour permettre, dans les faits, l’ouverture des plateaux techniques aux sages-femmes libérales » afin de garantir le libre choix du praticien prévue par la loi du 4 mars 2002 déjà évoquée.

Les usagers doivent pouvoir exprimer leur choix individuel mais aussi être représentés dans toutes les instances où est discutée la politique périnatale.

La 13ème proposition insiste sur la notion de gestion de risque en périnatalité.

Enfin, les auteurs souhaitent la mise en place d’un dossier de suivi. L’organisation des soins en réseau implique une complémentarité et un partage d’informations essentiel pour éviter la discontinuité des soins. La femme enceinte doit être le dépositaire de l’information.
Le plan Périnatalité qui a suivi est porteur d’une prise décisionnelle plus importante.
2 – Plan Périnatalité 2005-2007
En 2001, on comptait en France 18% de césariennes contre 14% en 1991. Ce chiffre reflète un certain progrès, mais atteste également d’une naissance plus médicalisée. Les objectifs du plan périnatalité pour 2008 sont de réduire la mortalité périnatale à 5,5 pour 1000 et la mortalité maternelle à 5 pour 100 000 en alliant une meilleure gestion du risque à une prise en charge plus humaine. Le plan d’action repose sur la mobilisation de tous les acteurs professionnels, des usagers et des élus grâce à un budget de 270 millions d’euros sur 3 ans.

Tout d’abord, le plan met en place l’entretien individuel du 4ème mois déjà évoqué dans la Mission Périnatalité et dont nous parlerons prochainement plus en détails.

Le plan prévoit ensuite la participation des usagers. Ainsi il reprend l’arrêté du 8 janvier 1999 modifié le 16 novembre 2001 relatif aux commissions régionales de la naissance qui prévoyait déjà la représentation des usagers en leur sein. L’ordonnance du 4 septembre 2003 portant simplification de l’organisation et du fonctionnement du système de santé prévoit quant à elle une place pour les usagers au sein des conférences sanitaires. L’arrêté du 11 juillet 2005 relatif à la composition de la commission nationale de la naissance vise à établir un lieu de discussion, d’élaborations et de recommandations périnatales et à la réalisation des objectifs de santé publique fixée en périnatalité.

Le plan prévoit le développement des réseaux en périnatalité, avec obligation de couvrir tout le territoire d’ici fin 2005, mais cette obligation n’est pas encore remplie lors de l’écriture de ce mémoire.

La participation des sages-femmes libérales doit également être active en leur confiant pour mission le suivi à domicile pré et post accouchement, principalement pour les grossesses pathologiques et les retours à domicile précoces.

Le plan prévoit l’expérimentation de maisons de naissances attenantes à un plateau technique, les définissant comme un lieu d’accueil pour les femmes enceintes du début de la grossesse jusqu’à l’accouchement sous la responsabilité exclusive des sages-femmes dès lors que tout est a priori normal. Ces maisons de naissance sont bien entendu à insérer dans le réseau périnatal, et conditionnées à l’avis favorable des instances de l’établissement concerné. Elles permettraient de diversifier l’offre de soins et la physiologie tout en reconnaissant les compétences de la sage-femme, conformément à la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, qui dit que la sage-femme exerce pleinement et de manière autonome ses compétences dans le champ de la prévention et de la prise en charge de la naissance physiologique.

Un comité de suivi du plan devait être mis en place mais n’a pas encore été désigné à l’écriture de ce mémoire.

Toutes ces mesures inaugurent une évolution qui va nécessiter une importante collaboration pluriprofessionnelle et reposer sur une transmission des informations de qualité. Les réseaux semblent donc s’inscrire comme les vecteurs de cette dynamique.
II – L’émergence des réseaux
A – Historique
La collaboration entre les professionnels de ville ou de différents établissements de santé a toujours été plus ou moins présente selon au gré des individus, mais ce travail en réseau n’était pas formalisé.

Le surcroît d’activité des services a motivé leur création officielle. Les réseaux permettent par un partage des données médicales une prise en charge adaptée des patients, en fonction des contraintes locales. Ils favorisent le traitement à proximité du lieu de vie des patients. Ils sont également un outil de formation médicale continue, de partage des connaissances et de contrôle de qualité permanent pour l’amélioration des compétences propres à chacun.

Les ordonnances Juppé du 24 avril 1996 portant réforme de l’hospitalisation publique et privée ont créé 2 types de réseaux de soins, dits « de ville » ou « hôpital », ainsi que les ARH3.

Les décrets de périnatalité de 1998 ont ensuite étendu l’obligation des réseaux à la périnatalité. En effet, le besoin en formation continue se faisait sentir ainsi qu’une régulation efficace des transferts in utero, de plus en plus nombreux. Ainsi, en 2002, 1800 transferts in utero ont eu lieu en Ile de France [4]. Les unités d’obstétrique ne disposant pas toutes d’unités de réanimation adultes ou pédiatriques se doivent alors de passer une convention soumise à l’approbation de l’ARH avec des établissements en disposant. Il est également prévu que « le schéma régional d'organisation sanitaire fixe des objectifs en ce qui concerne la coopération entre les établissements de santé en matière d'orientation de la femme enceinte préalablement à son accouchement en cas de risque décelé pour elle-même ou son enfant et en matière de transfert des enfants ».
  1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest iconPac type groupe regional sage ile de france v4 nov 2010 porter a...

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest iconIntroduction – Ghislaine Gueudet (iufm, ubo, France), Luc Trouche...

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest iconPourra vous apporter son appui au montage de ce dossier dans le cadre...
«informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations...

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest iconPaul tavernier professeur à l’Université de Paris XI

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest iconUniversité Paris Panthéon- assas llm

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest iconNaissance des asiles d’aliénés (Auxerre-Paris)
A 250 mètres au Nord de la porte d’Auxerre, autrefois dite de Saint-Siméon, sur le côté droit de la route impériale n° 6, appelée...

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest iconEt du Centre Mémoire de Ressources et de Recherches d’Ile de France

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest icon© Université de Pau et des Pays de l’Adour, Unité Mixte de Recherche...
«Tourisme : lieux et réseaux», sous la direction de Josette mesplier-pinet et Sophie elias : Paris : Observatoire National du Tourisme,...

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest iconProgramme arcus vietnam/Ile-de-France/Région Midi-Pyrénées 2009

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest iconC onseil régional
«Bourse-Master Ile-de-France» auprès de l’établissement d’enseignement supérieur de mon choix






Tous droits réservés. Copyright © 2017
contacts
exemple-d.com