Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ?


télécharger 0.51 Mb.
page7/9
typeDocumentos
exemple-d.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Viser l’efficacité énergétique et contribuer à la transition écologique des quartiers


L'efficacité énergétique ne peut se penser qu'avec la sobriété énergétique en parallèle. La sobriété énergétique consiste à éviter de consommer l'énergie (ex : isoler un logement) et l'efficacité énergétique consiste à diminuer les consommations d'énergie pour le même service rendu (ex : installer une chaudière avec un rendement thermique plus performant). La sobriété énergétique doit être choisie et non pas subie, sinon cela va à l'encontre de la qualité de vie dans les logements. La pédagogie et la sensibilisation, à l’entrée et régulièrement durant l’occupation du logement, sont nécessaires à l’atteinte des performances énergétiques visées.

Après avoir réduit les consommations par des actions de sobriété et d'efficacité, l'énergie résiduelle nécessaire peut être produite à partir d’énergies renouvelables et/ou de récupération. La priorité est le raccordement à des réseaux existants (ex : réseau de chaleur urbain) et à la gestion collective de l’énergie, ce qui diminue les coûts globaux d’usage. Les énergies renouvelables mobilisées peuvent être de toute sorte (solaire thermique, photovoltaïque, géothermique, …), sous réserve qu’une étude du potentiel ait été réalisée et mise en regard des consommations prévues.

Aux innovations techniques, technologiques et pédagogiques peuvent s’ajouter des innovations organisationnelles qui réinterrogent les besoins réels et l’usage. Par exemple, un nouveau modèle de facturation sur la base d’un forfait énergie pour inciter à consommer juste : une faible consommation entraîne le reversement d’un bonus, et a contrario une consommation excessive déclenche un malus (c’est la logique du « hors forfait » des abonnements téléphoniques : les kWh au-delà du seuil coûtent plus cher que ceux qui lui sont inférieurs).

Ces considérations techniques ou technologiques doivent toutes concourir à un confort d'usage du logement. Il est plus facile de promouvoir de la qualité de vie auprès des habitants plutôt que des économies d'énergie !

La mobilité est intrinsèquement liée à l'énergie : se déplacer est en soi consommateur d'énergie. Les réseaux des logements et espaces publics doivent permettre la distribution d'électricité pour alimenter les actuels et futurs véhicules électriques (vélo, scooter, voiture, ...). Seules les questions de réseaux et de production d'énergie seront abordées dans cette section. La question des besoins et des moyens de mobilité sont étudiés dans la section relative à la priorité « Renforcer l’ouverture du quartier et la mobilité des habitants ».

Dans tous les cas, la question énergétique ne s’étudie qu’en coût global : il faut tenir compte de l’investissement, des consommations, de la maintenance et des coûts fixes de distribution (ex : abonnement). L’énergie grise (c’est-à-dire l’énergie dépensée pour la fabrication des matériaux de construction ou d’équipement, ou dépensée en phase chantier) est elle aussi importante à considérer. A ce titre, le dilemme réhabilitation/construction doit intégrer un bilan énergétique complet. La finalité de la Troisième Révolution Industrielle est bien la lutte contre le réchauffement climatique : toute énergie consommée, et donc tout gramme de gaz à effet de serre émis dans l’atmosphère, doit être évitée autant que possible !

Ces actions d’atténuation des changements climatiques sont à conforter par des actions d’adaptation. A cette fin d’adaptation, les aménagements extérieurs, la végétalisation, le bioclimatisme et l’intégration de la biodiversité sont des leviers à mobiliser.

  1. • L’efficacité énergétique et la sobriété au service du confort dans le bâtiment 29

  2. • Energies Renouvelables et de Récupération au sein des bâtiments producteurs d’énergie 31

  3. • Stocker, distribuer et autoconsommer l'énergie au sein même des bâtiments et du quartier 32

  4. • Ville durable et adaptée au changement climatique 33

Engagement, objectif 

L’efficacité énergétique et la sobriété au service du confort dans le bâtiment

Enjeu global, bénéfices attendus, argumentaire

Enjeux Globaux

Bénéfices attendus

Réduction de la consommation de ressources et de l’émission de polluants

Réduction de la consommation d’énergie finale

Réduction de la pollution lumineuse

Amélioration du confort

Fin de la précarité énergétique

La sobriété énergétique implique une réduction des consommations énergétiques, et donc un allègement des factures énergétiques des ménages. Cela augmente leur pouvoir d’achat et leur propension à payer leurs charges de loyer.

Lien avec les critères Rev3 (critères Rev3 et critères associés)

c:\users\christopheo\desktop\owncloud auddicé\projets\rev3\kit comm v2 hdf\pictos piliers\pilier-efficacite-energetique.pngc:\users\christopheo\desktop\owncloud auddicé\projets\rev3\kit comm v2 hdf\pictos piliers\pilier-internet.pngc:\users\christopheo\desktop\owncloud auddicé\projets\rev3\kit comm v2 hdf\pictos piliers\pilier-economie-circulaire.pngc:\users\christopheo\desktop\owncloud auddicé\projets\rev3\kit comm v2 hdf\pictos piliers\pilier-economie-fonctionnalite.png

Acteurs pertinents (et spécifiques)

EPCI, Bailleur, Aménageur, Usager

Dimension citoyenne

Les habitants sont, via leurs modes de consommation et habitudes, directement concernés par la réduction des consommations et la sobriété énergétique. Ils sont invités à être acteurs de leur nouveau quartier rev3 et participent dès la phase de conception. L’appropriation des logements doit se faire dès la réception des clés par les habitants

Actions / Moyens

  • Avoir une enveloppe du bâti performante.

  • Mettre à disposition des habitants des équipements leur permettant de connaître leurs consommations (wattmètres, sous-compteur par pièce ou typologie d’équipement).

  • Connaître les consommations globales de chaque bâtiment ou groupement de logements.

  • Sensibiliser les habitants et les former à leur nouvel habitat (Défi famille à énergie positive, guide d’accueil, informations sur les consommations des parties communes, communication sur la démarche, information régulière, ateliers collectifs, proposer une « certification », formation conditionnant la remise des clés du logement).

  • Un éclairage public basse consommation, pensé pour maximiser l’efficacité énergétique (faisceau lumineux orienté vers le trottoir et non pas sur la route, allumage automatique par détection des passants, création d’une trame noire pour favoriser la biodiversité et limiter la pollution lumineuse).

  • Un éclairage public utilisant l’énergie produite par le quartier.

  • Utiliser une signalétique à faible empreinte environnementale (pas de consommation ou consommation d’énergie locale, utilisation d’éco ou de biomatériaux).

Ressources, dispositifs, outils, accompagnement




Niveaux de performance

*

**

***

Réduire sa consommation (chauffage)

Logement neuf < 30 kWh/m²/an

Logement rénové < 50 kWh/m²/an

Logement neuf < 15 kWh/m²/an

Logement rénové < 25 kWh/m²/an

Standards de la maison passive

Standards de la maison passive

Production d’énergie renouvelable

Accompagner les habitants

Guide d’accueil, informations sur les consommations des parties communes communication sur la démarche, information régulière : 1 bulletin d’informations/trimestre

Accompagner chaque année les habitants, via des ateliers collectifs

Accompagner chaque année les habitants, proposer une « certification », formation conditionnant la remise des clés du logement (A refaire à chaque nouvel entrant, dès l’arrivée dans le logement)

Points de vigilance, risques

Changement des habitudes des habitants à accompagner (ex : réglage du chauffage, éclairage ou veille inutile, …)

Si le thermostat de la chaufferie collective est bridé, risque que les habitants désirant une température supérieure utilisent des systèmes d’appoint énergivore (radiateur électrique d’appoint) ou dangereux (poêle à pétrole).

Anonymat des données : sans accord des locataires, aucune donnée personnelle ne peut être récupérée à la maille d’un logement (CNIL).

Exemples, sources

Roubaix ville zéro déchet

Lamaisonpassive.fr

Programme CLEO développé par la "start-up" Economie d’Energie, programme proposé par LMH à ses locataires ( https://www.cleoetmoi.fr/ )

Energie SPRUNG

Engagement, objectif 

Energies Renouvelables et de Récupération au sein des bâtiments producteurs d’énergie

Enjeu global, bénéfices attendus, argumentaire

Enjeux Globaux

Bénéfices attendus

Réduction de l’émission de polluants

Production d’énergie renouvelable

Rénovation du parc immobilier existant

Baisse des coûts d’utilisation

Impact positif sur la santé

Baisse de la facture énergétique

Diminution des coûts d’investissement si raccordement à un réseau existant ou en projet

Lien avec les critères Rev3 (critères Rev3 et critères associés)

c:\users\christopheo\desktop\owncloud auddicé\projets\rev3\kit comm v2 hdf\pictos piliers\pilier-efficacite-energetique.pngc:\users\christopheo\desktop\owncloud auddicé\projets\rev3\kit comm v2 hdf\pictos piliers\pilier-energies-renouvelables.pngc:\users\christopheo\desktop\owncloud auddicé\projets\rev3\kit comm v2 hdf\pictos piliers\pilier-batiments.png

Acteurs pertinents (et spécifiques)

EPCI, Bailleur, Aménageur, énergéticien

Dimension citoyenne

Selon le contexte social : possibilité pour les habitants d’investir dans une structure coopérative de production d’ENR.

Sensibiliser les citoyens et leur permettre de s’approprier les dispositifs de production d’énergie pour éviter les phénomènes de rejet.

Actions

  • Identifier le potentiel :

    • Identification des projets de production d’énergie (éolien, photovoltaïque, méthanisation, géothermie…) en cours ou existants et étude de l’intérêt de rejoindre les projets,

    • Identification des potentiels des différentes énergies renouvelables et fatales sur site ou à proximité (terrains communaux en transition, industries productrices de chaleur, surfaces foncières ou de toiture disponibles, …)

  • Changer le combustible d’une chaudière existante (passer du fossile au renouvelable).

  • Produire de l’énergie pour soi (voir fiche suivante) ou à injecter sur le réseau.

Ressources, dispositifs, outils, accompagnement

SEM de région : Picardie pass rénovation, programme SPEE en ex-Picardie, sociétés de tiers financement à creuser

Niveaux de performance (critères, les 3 niveaux)

*

**

***

Produire de l’énergie localement

40% < potentiel EnR&R utilisé (les 60% restant sont fournis via un contrat d’énergie verte)

60% < potentiel EnR&R utilisé (les 40% restant sont fournis via un contrat d’énergie verte)

80% < potentiel EnR&R utilisé

L’électricité produite est injectée sur le réseau

L’électricité produite est autoconsommée (>50%), le reste est injecté sur le réseau

L’électricité produite est autoconsommée (>80%), le reste est injecté sur le réseau

Points de vigilance, risques

Adapter les sources de production au gisement : vérifier la pertinence économique. Programmer les travaux de manière à ne pas tuer le gisement1 d’économies d’énergie2.

Sensibiliser les citoyens et leur permettre de s’approprier les dispositifs de production d’énergie pour éviter les phénomènes de rejet.

Adapter les projets à leur environnement patrimonial et aux contraintes architecturales.

Exemples, sources

Centrales villageoises, coopératives
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconCroisement des referentiel pse / referentiel de formation

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconRapport 27-34
«Glossaire des termes et expressions utilisés» qui fait partie intégrante du référentiel normatif. Un extrait de ce glossaire est...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconL’accompagnement patrimonial des dirigeants dans leurs opérations haut de bilan

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconRégime de tva applicable
«Paquet tva», la tva applicable dans le cadre des opérations intra-communautaires entre opérateurs assujettis à la tva (B to B) est,...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconAaa et [en option] [Autres académiques]
«partie recipiendaire») d'une autre partie (ci-après nommée «partie divulgante») s'engage à ce que les informations confidentielles...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconAaa et [en option] [Autres académiques]
«partie recipiendaire») d'une autre partie (ci-après nommée «partie divulgante») s'engage à ce que les informations confidentielles...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? icon1 Pourquoi la tva apparaît-elle dans les comptes de tiers ?

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconNotification d’utilisation d’un agent aux fins de fournir des services...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconLabellisation école/établissement en démarche de développement durable (E3D)
«Démarche globale de développement durable dans les écoles et les établissements scolaires (E3D) référentiel de mise en œuvre et...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconRemarques pour une bonne lecture de ce document
«juxtaposés». L’essentiel des apports de connaissance est réalisé par l’enseignement technologique transversal. Certaines connaissances...






Tous droits réservés. Copyright © 2017
contacts
exemple-d.com