Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ?


télécharger 0.51 Mb.
page4/9
typeDocumentos
exemple-d.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Favoriser la mixité fonctionnelle et consolider le potentiel de développement économique


Lors du précédent programme de Renouvellement Urbain, les priorités étaient surtout axées sur l’amélioration des équipements, des logements et des espaces urbains. Cette démarche était accompagnée d’une prise en compte des habitants comme usagers de ces différents espaces. Ceci a permis effectivement un renouvellement des habitations et des espaces de vie et de services. Ce programme a cependant montré ses limites dans ce que les habitants ou futurs habitants n’étaient pas perçus comme des forces économiques potentiellement créatrices de leurs propres emplois et d’aménités pour le quartier.

Dans la nouvelle programmation, l’habitant-acteur et même auteur de son propre développement et du développement des services et du cadre de vie de son quartier, est un élément central.

Spatialement, le programme vise à rassembler des fonctions du quartier qui étaient auparavant séparées volontairement : services marchands et non-marchands, équipements publics et privés, habitat et lieux de création d’activités. Au-delà de la densification urbaine mais surtout humaine qui vise aussi à une rationalisation des usages et à une économie de m² (et donc à un usage plus écologique), il s’agit surtout de ne plus compartimenter et de rendre plus perméable les interactions entre ces fonctions et surtout entre ces différents « moments » de l’habitant : habitant-logé, habitant-acteur économique, habitant-usager de service public, habitant-consommateur responsable, habitant-acteur citoyen…

Il y a donc une très forte convergence de la démarche REV3 avec la démarche NRU notamment sur les aspects économiques.

Sur la mixité fonctionnelle qui densifie et rationalise les usages en croisant les publics. On est là dans une démarche de mutualisation d’espaces mais aussi d’usages. On peut dire que nous sommes dans une Economie de la Fonctionnalité et de la Coopération avec une logique « un lieu, plusieurs usages ». C’est le cas pour la production d’énergies renouvelables en réseau mais c’est tout aussi vrai dans le domaine économique avec la coopération et la mutualisation économique (bureaux partagés, tiers-lieux, services de mobilité locaux…) ainsi que dans l’innovation sociale (innovation organisationnelle, dans les services publics, privés et citoyens de proximité)

L’Economie Circulaire est également une démarche qui s’intègre parfaitement dans la logique NPRU en cela qu’elle considère d’abord les ressources endogènes au quartier comme des ressources sur lesquelles reconstruire le quartier en lui-même mais aussi reconstruire son économie locale. Cette économie de proximité qui a longtemps souffert de la caractérisation mono-spécifique et du zonage des grandes métropoles est aujourd’hui revue dans une logique de circuits-courts économiques et de production avec l’introduction de l’agriculture et de l’alimentation locale par exemple. Cette vision amène bien entendu à considérer la formation et la montée en compétence des habitants, ainsi que de leur insertion professionnelle à travers ces nouvelles activités créées dans le quartier.

Toutes ces caractéristiques physiques et organisationnelles visent, à travers le (re)développement économique et social du quartier, à assurer un mieux-vivre et retisser des liens sociaux parfois distendus entre les habitants d’un territoire et au-delà du simple quartier en renouvellement mais bien à l’échelle d’un bassin de vie. A travers l’engagement des habitants dans une transition sociale et écologique que proposent conjointement le NPRU et la TRI/REV3, c’est bien ce mieux-vivre ensemble qui est l’objectif.

  1. Développer une mixité fonctionnelle de programme en conciliant les trois sphères, économique, sociale et environnementale 10

  2. Innover par l’économie de la fonctionnalité 12

  3. Soutenir la recherche et le développement économique régional en valorisant les filières Favoriser recherche et développement économique en valorisant les filières écologiques, d’économie sociale et solidaire et d’emploi 13

  4. Valoriser des sources d’énergies renouvelables et propres, d’un point de vue de filière économique 14

  5. Développer une filière de réduction et de valorisation des déchets sur le quartier 15

  6. Soutenir les activités économiques locales qui s'insèrent dans des démarches d'économie circulaire, notamment l'agriculture urbaine 16

  7. Favoriser la formation professionnelle au travers des projets urbains sur
    des métiers TRI 17

  8. Favoriser l'émergence de lieux ressources, favorable à l'initiative citoyenne, à l'insertion sociale et professionnelle (tiers lieux) 18

  9. Favoriser l'échange de biens et de services, le partage savoir-faire, 19

  10. Favoriser des modes de production et de consommation responsable 20




Engagement, objectif 

Développer une mixité fonctionnelle de programme en conciliant les trois sphères, économique, sociale et environnementale

Enjeu global, bénéfices attendus, argumentaire

Enjeux Globaux

Bénéfices attendus

Émission GES

Développement de l’emploi

Développement culturel

Développement de l’accès à la Santé

Développement du sport en pratique libre

Enjeux du Développement Durable

- équilibrer les démarches

- préserver et redévelopper la biodiversité dans les quartiers urbains

- réconcilier les habitants et la nature

- offrir un accès à la nature à chaque habitant

- rationaliser les déplacements et transports, et ainsi éviter l’émission de GES

- assurer une qualité de service public ou privé de proximité à une population qui en a particulièrement besoin

- limiter les dépenses des ménages sur les déplacements

- assurer un accès à la culture pour toutes et tous et une égalité de traitement

- développer le lien social entre habitants et acteurs du quartier

- développer des emplois de proximité pour les habitants du quartier (lutte contre les freins à la mobilité professionnelle)

-développer la pratique physique et l’accès à la santé pour tous

- évite la gentrification

- ensemence les quartiers environnants

-prise de conscience écologique à partir de la découverte de la nature banale et proche.

- montée en compétences et amélioration des pratiques des entreprises du quartier en termes de RSE

Lien avec les critères Rev3 (critères Rev3 et critères associés)



à la marge : Critères 7 (Economie Circulaire), 8 (Economie de la Fonctionnalité), 9 (Développement Durable), 11 (gouvernance élargie et coopérations locales)

Acteurs pertinents (et spécifiques)

Aménageurs : collectivités et SEM d’aménagements dans les plans d’urbanisme, les règlements d’urbanisme et leurs capacités à attirer des acteurs économiques endogènes par des mesure incitatrices (ex : Appel à Manifestation d’Intérêt) dans la qualité écologique/biodiversité des espaces urbains et dans la planification urbaine. EPARECA

Promoteurs : dans leur offre, dans l’innovation des projets proposés

Syndicats professionnels de commerçants et d’artisans : dans leur capacité à accompagner les acteurs locaux dans des modèles innovants et inclusifs de commerces/services de proximité

Acteurs de l’ESS engagés dans l’Education à l’Environnement/nature

Ecoles du quartier

Acteurs économiques de proximité ou impliqués sur le territoire

Dimension citoyenne

Participation des habitants/usagers/clients dans la gouvernance des activités économiques produites : coopérative de consommation, commerces d’utilité sociétale…

Participation des habitants à la gestion écologique des espaces (plantations, espaces verts partagés), à la gestion écologique et sociale des lieux publics (Locaux Collectifs Résidentiels)

Actions

Inventaire des forces et des acteurs du territoire susceptibles de porter des projets innovants de commerces et services de proximité.

Accompagnement et capacitation des habitants pour participer à des services publics et privés de proximité.

Évaluer l’impact sociétal de chaque action économique menée (lors de l’implantation d’une fonction par exemple). Evaluer l’hybridation des ressources (marchandes, réciprocité-collaborative, redistribution) de chaque action économique

Ressources, dispositifs, outils, accompagnement

- IREV sur les outils QPV, charte de renouvellement urbain

- Méthodes de capacitation développées par des « facilitateurs »

- Outils et acteurs de la Politique de la Ville, EPARECA

- Agences d’urbanisme, Institut Godin, Réseau Alliances

- Réseaux d’acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire

- Définition innovation sociale de l’État (Loi ESS 2014) + transcription dans les politiques locales.

Niveaux de performance (critères, les 3 niveaux)

*

**

***

Capacité à identifier et prendre en compte les besoins des populations et à associer les parties prenantes

Concertation-information

  • Co-construction avec les acteurs connus de la société civile

Co-contruction avec l’ensemble des acteurs dont habitants

Préfigurer les fonctions

Pas de préfiguration

  • Préfiguration avec acteurs extérieurs

  • Préfiguration majoritairement avec acteurs endogènes

Inciter la mutualisation et les coopérations entre fonctions

Pas de mutualisation, pas de coopération fonctionnelle

  • Mutualisation fonctionnelles

Coopérations économiques, modèles économiques hybrides


Performance DD des entreprises locales

10 % des entreprises du quartier ont réalisé une démarche RSE

  • 30 % des entreprises du quartier ont réalisé une démarche RSE

- 60 % des entreprises du quartier ont réalisé une démarche RSE

Analyse DD des fonctions prévues

Les fonctions prévues possèdent une labellisation ISO 14000

  • Les fonctions prévues s’inscrivent dans une démarche type HQE

Les fonctions prévues s’inscrivent dans une démarche type « démarche progrès »

Points de vigilance, risques

Désadéquation de la temporalité de l’urbanisme avec la temporalité des parties prenantes : « demain » ne signifie pas la même chose pour un habitant ou un aménageur

Exemples, sources

- démarche de co-construction sur la ZAC de Fives Cail à Lille (SORELI/Ville de Lille/MEL)

- démarche sur la ZAC des Alouettes, Bruay (CA Béthune Bruay), quartier de l’Horlogerie

- API City

- EPARECA
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconCroisement des referentiel pse / referentiel de formation

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconRapport 27-34
«Glossaire des termes et expressions utilisés» qui fait partie intégrante du référentiel normatif. Un extrait de ce glossaire est...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconL’accompagnement patrimonial des dirigeants dans leurs opérations haut de bilan

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconRégime de tva applicable
«Paquet tva», la tva applicable dans le cadre des opérations intra-communautaires entre opérateurs assujettis à la tva (B to B) est,...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconAaa et [en option] [Autres académiques]
«partie recipiendaire») d'une autre partie (ci-après nommée «partie divulgante») s'engage à ce que les informations confidentielles...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconAaa et [en option] [Autres académiques]
«partie recipiendaire») d'une autre partie (ci-après nommée «partie divulgante») s'engage à ce que les informations confidentielles...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? icon1 Pourquoi la tva apparaît-elle dans les comptes de tiers ?

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconNotification d’utilisation d’un agent aux fins de fournir des services...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconLabellisation école/établissement en démarche de développement durable (E3D)
«Démarche globale de développement durable dans les écoles et les établissements scolaires (E3D) référentiel de mise en œuvre et...

Partie 1 Pourquoi décliner le référentiel Rev3 dans le champ des opérations de renouvellement urbain ? iconRemarques pour une bonne lecture de ce document
«juxtaposés». L’essentiel des apports de connaissance est réalisé par l’enseignement technologique transversal. Certaines connaissances...






Tous droits réservés. Copyright © 2017
contacts
exemple-d.com